Visite du Dojo

► C’est en 1971 que mon père m’inscrivit au Dojo (club) de Karaté Do que dirigeait Maître Jean-Alain HAEFELIN, l’un des pionniers de cet Art martial en France.

Je suivis les enseignements de Jean-Alain, qui est mon ‘Sensei’ initiateur dans les Arts martiaux Japonais, durant plus de dix ans, puis je devins son premier assistant à l’âge de 21 ans.

J’ai ensuite enseigné le Karaté Do pendant plus de 25 ans de manière continue, en France, au Dojo du Cercle Militaire de Paris en qualité de premier assistant bénévole de mon Maître, puis dans mon propre Dojo au Canada.

Au cours de ces années j’ai fait une carrière de 5 ans en tant que compétiteur amateur au sein de l’équipe Provinciale de Karaté de la Colombie Britannique et j’ai participé en qualité de combattant à de nombreux championnats au niveau national (Canada) et international.

l’Homme à 47 ans…

J’ai obtenu en 1987 le titre de professeur de Karaté Do de la fédération nationale de Karaté Canadienne (NKA National Karaté Association).

En 1993 j’ai obtenu le diplôme d’état  d’éducateur sportif Canadien, sanctionné par l’organisation NCCP (National Coaching Certification Program).

► C’est en 1981 que je rencontrai Maître Pierre DELORME à Paris et devint son élève dans les disciplines du Iaido et du Kendo (Art du sabre Japonais).

J’ai pratiqué ces deux disciplines pendant plus de 10 ans, sous la houlette ensuite de Maitre Bernard DURAND en France, puis de Maitre Mitsuru (Mike) ASAOKA au Canada, et en 1993 ce dernier  m’a autorisé à commencer à enseigner le Iaido.

Je ne me sentais pas prêt à enseigner l’Art du sabre Japonais et j’ai ainsi continué à m’entrainer pendant 15 années supplémentaires avant de créér officiellement mon Dojo de salle d’armes en 2005 à Calgary, Alberta Canada.

► J’ai personellement formé, au Canada, à partir du stade ‘zéro’ (la ceinture blanche) et jusqu’au niveau de la ceinture noire, dans les disciplines du Karaté Do et du Iaido (Art du sabre Japonais) un total de 13 personnes. Certains de mes élèves ont ensuite été diplômés par les organismes Fédéraux correspondants dans ce pays.

J’ai coaché et préparé aux compétitions, en Amérique du Nord, certains de mes élèves et assistants instructeurs, qui ont remporté de nombreuses médailles d’argent lors de championnats régionaux, nationaux et internationaux.

i teki ken dojo

J’ai aussi formé, à partir de 1995 au Canada, de nombreux personnels militaires, officiers de police et agents de sécurité civile et privée, aux techniques du combat à mains nues et de la psychologie de l’engagement physique.

Entre 2006 et 2009 la plupart des « videurs » de boites de nuit de Calgary au Canada sont passés par mon Dojo pour y suivre des séminaires de formation continue à la gestion et la résolution des situations de crise.

Durant la même période créé et enseigné là bas des programmes de séminaires de self défense réservés aux femmes.

De 2005 à 2007 j’ai aussi créé et enseigné un programme d’initiation au Karaté Do pour les touts-petits (de 4 à 8 ans) et que j’ai enseigné au Dojo de Sensei Ian Andrews à Calgary.

► Le nom de mon Dojo (voir calligraphie çi dessus) m’a été attribué par Maitre ASAOKA, mon dernier professeur de Iaido et de Kendo. Voir l’article séparé pour l’explication de ce nom.

C’est à partir de 2006 que j’ai commençé à développer une méthode synthétique d’enseignement des Arts martiaux, ainsi qu’à radicalement modifier mon approche de la mise en oeuvre des techniques de combat du Karaté et de l’Art du sabre.

J’ai pris en 2008 la décision d’arrêter d’enseigner le Karaté Do et de ne plus me concentrer que sur la nouvelle voie que j’avais maintenant découverte.

Voir ici un lien en Anglais sur ce que j’ai fait après 2005.

Mes observations, que j’ai pu valider depuis avec des professeurs d’autres disciplines et en particulier l’Aikido, m’ont amené à comprendre que les mouvements du corps lors de la pratique, ou du combat, de l’Art du sabre Japonais sont conditionnés non pas par la présence du sabre dans les mains, mais bien au contraire par la nécéssité de piloter le corps de la même manière que lors d’un combat à mains nues.

Ce conditionnement est simplement une fonction nécéssaire et suffisante de la conservation de l’équilibre et s’accomplit de façon naturelle par l’intégration de l’effet du phénomène de la gravité terrestre aux déplacements du corps, et par voie de conséquence aux mouvements des membres tels que les bras ou les jambes.

Le sabre n’est ainsi qu’une extension des membres supérieurs et sa présence ne se justifie que comme un élément rapporté à la structure monolithique et cependant dynamique du corps humain.

Pour illustrer cette réalité il suffit de considérer une analogie telle que celle du  cheval et de son cavalier. L’un et l’autre ne sont que des extensions l’un de l’autre lors de leurs exercices en commun.  Leurs dynamiques de mouvements respectifs sont totalement indépendantes d’un point de vue mécanique. Ils sont en revanche corollaires et synchronisés à tout moment lorsqu’ils sont associés.

► De 2006 à 2010 j’ai intégré l’ensemble de ces principes dans la discipline que j’ai nommée Stratégie du Comportement et aux divers programmes de cours que j’enseigne par ailleurs en entreprise. Je l’enseigne aussi à des personnes hors formation en entreprise. Il s’agit d’un ensemble de cours théoriques sous la forme de présentations verbales, sur écran (powerpoint) et sur supports écrits, et d’exercices mettant en oeuvre la biomécanique humaine selon les principes de conditionnement traditionnels Japonais.

J’ai ainsi construit un programme d’enseignement articulé autour de trois catégories de cours.

Premièrement ‘KEN ou le développement de l’énergie externe’. Ken signifie ‘sabre’ en Japonais et signifie aussi, dans une inception ancienne, l’accomplissement  d’un résultat. Ce cours pour adultes à partir de l’âge de 18 ans développe le corps et l’esprit par l’éducation des mains, par le maniement du sabre traditionnel Japonais ainsi que par le maniement du peinceau de calligraphie traditionnelle Japonaise. Le cours contient aussi des composants d’entrainement des systèmes d’énergie anaérobique et aérobique.

Deuxièmement ‘KI ou le développement de l’énergie interne’. Ki signifie ‘énergie’ en Japonais. Ce cours pour adultes à partir de l’âge de 18 ans développe le corps et l’esprit par le moyen de la pratique de la respiration traditionnelle Japonaise (Kokyu) combinée avec le contrôle du centre de gravité lors des mouvements du corps.

Troisièmement ‘TAI (ou Samourais)’, qui est un cours exclusivement réservé aux enfants de 4 à 8 ans, c’est à dire aux êtres en phase de développement initial de leur corps. Ce cours développe l’esprit par le moyen de la découverte de la culture traditionnelle Japonaise et d’exercices ludiques utilisant les principes de base adaptés des deux autres cours Ken et Ki.

► Depuis 2013 je suis revenu vivre en France, et je me suis intégré à la fédération nationale de Karaté (FFKDA), qui m’a délivré le diplôme d’instructeur fédéral (DIF) de Karaté, ainsi qu’à une fédération internationale (FIAMT), qui m’a délivré le titre de professeur du premier degré (RENSHI) dans les disciplines du Karaté et du Ken Jutsu (iaido), et le diplôme supérieur d’enseignant international (DSEI).

J’enseigne aujourd’hui à mon Dojo, dans le département de l’Aude, les disciplines du Karaté Do traditionnel, du iaido, et du kendo.

► Mes cours sont dispensés principalement en langue Japonaise, avec traduction simultanée de ma part en Français ou en Anglais selon le cas.

Mes élèves développent ainsi un vocabulaire Japonais de plusieurs centaines de mots, et d’abstractions de haut niveau, et ceci a un impact direct sur l’éducation de leur esprit et leur développement personnel.

Des connaissances historiques et des connaissances culturelles relatives au Japon sont portées à la connaissance des élèves durant toute leur formation.

Il n’existe pas de hiérarchie ni de relation quelconque du type Maître / Disciple dans mon école.

Les élèves ne reçoivent en particulier pas d’instructions relatives à des codes de comportement quels qu’ils soient à adopter vis à vis de leur instructeur.

commentaires
  1. Roc dit :

    Bonsoir Philippe,
    Heureux d’avoir de tes nouvelles dans ce blog. Tu es maintenant dans l’Aube. Peut-être l’occasion de se revoir !
    Voir mon blog, moins sérieux : tai-chi gi-gong Saint-Flour
    Amitiés,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s