Archives de la catégorie ‘Pédagogie’

La relation entre un instructeur et son élève est principalement fondée sur la confiance de l’élève en la compétence et en les qualités éthiques de celui qui lui dispense un enseignement.

Il est essentiel pour un instructeur de disposer de l’accès à toutes les données et informations relatives à chacun de ses élèves. En effet seuls une intégration et un suivi personnalisés  de l’élève permettront d’atteindre les objectifs du programme de formation.

Cet article traite exclusivement en détail de l’aspect de l’intégration.

Je rédigerai par la suite un article au sujet des méthodes de suivi et un lien vers cet article sera inséré ici.

A l’effet d’admission dans un des cours que je dispense tels que KEN ou KI, un questionnaire strictement confidentiel doit être rempli par tout élève le jour de son intégration au cours ou programme. Ce questionnaire doit en particulier permettre d’obtenir un ensemble exhaustif d’informations sur les antécédents sociaux, médicaux et psychologiques de l’élève.

Ce questionnaire doit ensuite être exploité par l’instructeur et une synthèse du profil social, médical et psychologique de l’élève doit être réalisée par ses soins. Il doit si nécéssaire obtenir des informations, documents ou certificats médicaux supplémentaires,  et se renseigner auprès d’un tiers spécialiste de certaines pathologies ou désordres chroniques.  Il doit aussi dans certains cas avoir un entretien en privé avec l’élève pour discuter de sujets spécifiques. Ces documents constitueront la fiche de renseignements de l’élève et feront partie de son dossier.

Associées à cette fiche de renseignements, l’instructeur doit ensuite gérer une ou plusieurs fiches individuelles de progression pour chaque élève.

Le document type çi dessous contient le questionnaire, la fiche de synthèse, et les fiches de progression que j’utilise pour suivre les élèves de mon cours de stratégie du comportement et d’initiation aux Arts traditionnels Japonais.

lien vers document type

Au delà de remplir une fonction documentaire nécéssaire, le questionnaire initial permet d’établir une relation de confiance entre l’instructeur et son élève.

Je demande, par exemple, aux candidats élèves de mon cours de ‘stratégie du comprtement et initiation aux Arts traditionnels Japonais’, qui n’est pas un cours d’Arts martiaux mais un cours de développement personnel,  d’indiquer dans leur questionnaire si ils ont jamais été condamnés par un tribunal pour violences causées à autrui. Le questionnaire contient aussi un moyen d’indiquer si une situation de légitime défense a par ailleurs déjà été vécue par le candidat.

1 ► Dans le cas d’une réponse affirmative à la première question, j’ai ensuite un entretien en privé avec le candidat, durant lequel je le remercie tout d’abord pour son honnêteté et sa sincérité. Je lui demande ensuite, après l’avoir informé du fait que je n’ai aucune intention de, ni prérogative à, le juger d’une quelque manière que ce soit, de me raconter en détail ce qu’il a fait dans le passé. Après l’avoir écouté, je lui explique ensuite mon point de vue général sur le concept de la rédemption et sur mes valeurs personnelles relatives au droit de chacun à l’intégration ou à la réinsertion dans la société, quelles que soient leurs expériences passées.

Je lui demande ensuite d’exprimer en réponse à mes assertions, quel est son propre point de vue sur ces sujets, et de me dire de quelle manière il pense que son intégration dans mon cours lui sera bénéfique.

A la sortie de l’entretien deux cas sont possibles. Soit j’intègre le candidat, soit je lui demande un temps de réflexion avant de prendre une décision, je lui demande de m’autoriser (ou non) par écrit à prendre contact avec des tiers à son sujet, et je prends, si autorisé, contact avec des interlocuteurs spécialisés ou des tiers disposant de plus d’informations et habilités à m’aider à prendre ma décision.

Quel que soit le résultat, et même si le candidat finit par ne pas être intégré à mon école, suite à ma décision ou suite à la sienne, celui çi a été traité de manière équitable.

2 ► Dans le cas d’une réponse négative à la première question, le candidat aura découvert que je n’intègre pas n’importe qui n’importe comment pour lui mettre, par exemple, un sabre, même en bois, entre les mains au milieu d’un groupe d’élèves.

La relation de confiance entre un élève et son instructeur est ainsi fondamentale et elle doit être établie dès le démarrage de la relation entre les deux personnes.

La confiance s’établit ainsi par la découverte du respect mutuel.

Ce dernier principe est d’ailleurs l’un des piliers de la philosophie Japonaise et son domaine d’application s’étend à tous les Arts traditionnels de cette civilisation.

C’est précisément ce que je vous invite à découvrir en participant à mes programmes de formation dans ce domaine.